écrire,  humeurs,  lifestyle

Me lancer en free-lance, quelle drôle d'idée m'est passée par la tête ?

Mais Marie ? Toi, en free-lance ? Toi, travailler depuis chez toi, sans cadre ni patron derrière toi pour te remonter les bretelles ? Tu es sûre ? Tu ne vas pas t’ennuyer ? Souvent, on me demande comment j’ai eu l’idée de me mettre à mon compte, et surtout pourquoi j’ai préféré ce statut à celui de salariée.

Aujourd’hui, je vous raconte comment je suis passée d’une envie ferme d’être salariée, à un statut de free-lance. 

Libéral ? Free-lance ? Jamais de la vie !

A vrai dire, lorsque j’étais plus jeune, il était hors de question pour moi de travailler à mon compte. Même lors de mes études de psychologie, j’ai toujours voulu travailler en institution, en hôpital ou en institut psychiatrique. Voire même, je rêvais de travailler dans le carcéral. Bref, il n’était pas question d’être dans un bureau, en libéral, seule avec moi-même et mes patients. 

Quand j’ai effectué ma reconversion et que je suis arrivée en BTS Assistant de Manager, le but pour moi était de trouver un CDI confortable dans une grande entreprise, de bénéficier de tous les avantages qui m’étaient proposés, et de vivre une vie stable et tranquille tout en faisant un métier pas trop pénible.

Cependant, ayant effectué ce BTS en alternance, je me suis vite rendue compte que je m’ennuyais. Etre assise derrière le même bureau toute la journée, aller manger à heures fixes, prendre le café de 9h30 à 10h et de 13h à 13h15… trop peu pour moi. Je restais persuadée que c’était l’entreprise dans laquelle j’effectuais mon alternance, le problème. Et même si j’adorais cette boîte, je sentais que quelque chose clochait, que je n’étais pas à ma place. Alors, j’ai décidé de changer d’entreprise à mon arrivée en 3ème année. 

Et pourquoi pas un statut d'auto-entrepreneur ?

Au fil des rencontres effectuées lors de mon BTS, je rencontre quelqu’un qui va me donner goût à l’entrepreneuriat. Moi qui n’y avais jamais songé, pensant que c’était difficile, impossible, compliqué, et réservé à une élite, je découvre qu’en fait, il suffit de le vouloir. Je crée mon auto-entreprise en Janvier 2018 en tant que travail d’appoint pour compléter mon petit salaire d’alternante.

A mon arrivée en 3ème année, en Bachelor Responsable Communication et Webmarketing, voilà que je rentre dans une nouvelle entreprise. Au delà du manque de travail, et d’un petit soucis de harcèlement moral, j’avais pour la première fois des horaires fixes : 8h – 16h30, avec deux heures de pause à midi. Pas plus, pas moins. Effectivement, ça faisait des petites journées. En réalité, je m’étais plutôt vite habituée à ce rythme là, bien différent de celui de mon ancienne entreprise où si tu ne restais pas jusqu’à 19h, tu avais juste pas assez travaillé. C’est ça avec le salariat. On parle toujours de quantité de travail, mais jamais de qualité. Si tu restes de 8h à 19h, tu es un bon salarié. Si tu pars à 17h, c’est que tu n’en fais pas une… Je commence à enchaîner les contrats d’auto-entrepreneur, par manque de travail à l’entreprise où j’étais. 

Je change à nouveau d’entreprise en Janvier 2019 mais je n’arrive toujours pas à m’épanouir… Je décide à ce moment-là qu’en Septembre, à la fin de mon CDD, je me mettrai à mon compte. C’est comme ça que l’idée a germé dans ma tête… à force de déceptions. 

Je me lance à temps plein en free-lance !

C’est comme ça que dès la fin de mon contrat, fin Août 2019, je me suis lancée à temps plein en temps que free-lance. Honnêtement, je ne sais pas si je ferai ça toute ma vie, mais pour l’instant, ça me plait. Je m’épanouis à 100% dans mon métier et dans ce que je fais. Finies les horaires prédéfinies à respecter même si l’on est pas productifs, et surtout finis les longs trajets dans les bouchons pour aller au travail !

Et vous, vous avez déjà eu envie de vous lancer en free-lance ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *